VIBZ-Mag.com| Magazine en ligne, actualité locale, artistes et models

Accueil du site > Artists > Taj Weekes

Taj Weekes

Roots&Reggae

VIBZ : Peux-tu te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Il est difficile pour moi de me présenter car cela revient à parler de soi avec un regard extérieur. D’habitude, quand on se présente à quelqu’un, on donne juste son nom, sans pour autant dire d’où l’on vient ou quelles sont nos occupations, mais on y va : Taj Weekes, musicien poète, auteur de deux opus (“Hope & Doubt” et “Deidem”) et dernier d’une fratrie de 10 enfants. Je suis né à Sainte-Lucie et suis le fondateur de TOCO (The Often Cry Outreach). Vous pouvez apprendre à mieux me connaître à cette adresse Web : www.tajandadowa.com

VIBZ : Tu as un jour dit : « la bonne musique demeure quel qu’en soit le style”. Quelle est ta définition de la bonne musique ? Peux-tu nous en citer quelques exemples ?

La qualification de “bonne musique” reste une notion subjective car ce qui créera de l’émotion chez moi n’en créera peut-être pas chez toi. Pour moi, la bonne musique, c’est celle dont la mélodie langoureuse demeure dans mon esprit des heures et des heures après la première écoute ou encore ce rythme qui saisit mon subconscient si bien que je ne me rends pas compte que je tape du pied en l’écoutant. C’est aussi la tessiture de la voix du chanteur qui te donne des frissons. Pour moi, il ne s’agit pas d’un genre, d’un artiste ou d’une voix en particulier, mais de la variété des musiques du monde. Voilà ce que je qualifie de bonne musique.

VIBZ : Né à Sainte-Lucie, tu as grandi dans un contexte musical omniprésent. Est-ce cela qui a contribué à développer chez toi cette fibre artistique ?

Peut-être bien mais à vrai dire je n’en sais pas plus, je suis peut-être né avec ! Je ne pense pas que cela puisse s’apprendre mais il est vrai que l’environnement dans lequel on grandit a une grande influence sur le devenir de chacun.

VIBZ : Les dernières années de ton adolescence ont été marquées par ton départ pour l’Amérique du Nord. Quelques années plus tard, en 2005, tu sortais ton premier album “Hope&Doubt”, qui t’a propulsé sur la scène internationale. Comment l’as-tu vécu ?

Avec un calme habituel !

VIBZ : Quitter ton pays pour lancer ta carrière, était-ce un passage obligé ?

Eh bien, j’avais évalué la hauteur de la montagne à franchir et la quantité d’énergie que je devrais consacrer pour arriver à son sommet, mais quelqu’un m’a proposé de m’emmener à mi-chemin, alors je suis monté à bord… En d’autres termes, ce n’était pas un passage obligé pour moi, mais j’avoue que les choses auraient été beaucoup plus compliquées pour moi si j’étais resté sur place.

VIBZ : Ton nouvel album “Deidem” qui signifie “Nous tous” est sorti en août 2008. Tes titres dénoncent la violence, la guerre, abordent la perte de la foi, la défense des plus faibles, la dégradation de notre environnement… “Deidem” illustre des horizons assez sombres. Quel en est le principal message ?

Je ne dirais pas que “Deidem” illustre des horizons sombres mais plutôt que “Deidem” dit les choses telles qu’elles le sont. Je n’ai pas peur de dire tout haut ce qui dérange ; il faut bien que quelqu’un se préoccupe de ce qui se passe et relate cette réalité. Nous vivons dans un monde d’une extrême violence, nous vivons dans un monde où le pouvoir est roi, où la force gouverne, où l’environnement devient une poubelle. Notre déni ne nous sauvera pas. La vie, sa signification et la façon dont nous la percevons, voilà le message de “Deidem”.

VIBZ : Peut-on dire que cet album est un traitement de choc destiné à éveiller les consciences ?

Tout dépend de la façon dont vous voyer le verre, à moitié plein ou à moitié vide… Si votre monde tourne autour de l’excès et que vous appelez les urgences quand vous vous cassez un ongle, alors oui, on peut parler d’un traitement de choc car vous ne vivez pas dans le monde réel. Sortons de notre bulle et voyons comment des millions de gens souffrent… Regardons aujourd’hui autour de nous avec réalisme et espoir en même temps ! J’espère que cet album éveillera les consciences.

VIBZ : Selon ta biographie, cet album a été conçu pour susciter de la conversation et rassembler”. Penses-tu que le monde souffre d’un manque de communication et que l’individualisme menace l’humanité ?

Beaucoup de choses menacent l’humanité, cependant l’individualisme est loin d’être le premier danger de la liste ! La Bible dit que la où il y a rassemblement, il y a Dieu. Le manque de communication est ce qui a causé la plupart des problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui. Si nous nous réunissons et raisonnons ensemble, nous pouvons acquérir une meilleure compréhension des autres et vice-versa, chose qui ne nécessite pas la signature d’un Traité !

VIBZ : Tu as été nommé meilleur artiste 2008 par le San Francisco Bay Guardian et ton nouvel album est nominé pour les Grammy Awards 2009 dans la catégorie Reggae Roots. Que ressens-tu vis-à-vis de ces marques de reconnaissance ?

C’est bon de se sentir reconnu, cela prouve que les gens apprécient notre travail. Cela dit, lorsque j’écris une chanson ou sors un album, je ne le fais pas dans le but d’être reconnu ou nominé par qui que ce soit. J’écris et je chante ce que mon coeur me dicte, je vais là où mon esprit me mène.

VIBZ : À travers ta musique, tu t’engages en faveur des défavorisés, de ceux qui se sentent abandonnés et de ceux qui souffrent. Tu as d’ailleurs fondé une O.N.G du nom de The Often Cry Outreach (TOCO), qui révèle ton altruisme. Peux-tu nous en dire plus sur cet engagement ? Est-ce un devoir pour toi d’aider ceux qui souffrent ?

J’ai essayé de venir en aide aux autres autant que j’ai pu, en faisant des dons à d’autres ONG ; ce n’est que par la suite que j’ai décidé de créer ma propre O.N.G. J’ai d’ailleurs reçu le titre d’Ambassadeur Caribéen de la Bonne Volonté et depuis, je concentre mes efforts sur l’aide à apporter aux enfants de cette zone géographique. Vous savez, quand il y a des sommets sur le HIV, sur d’autres maladies qui affectent le monde ou encore sur le réchauffement de la planète, ça ne nous traverse pas l’esprit que cela puisse concerner les Caraïbes. Les gens associent trop souvent cette zone géographique aux vacances et au soleil. Mon travail est de mettre en lumière cette région du monde et faire savoir au monde que nous aussi nous souffrons. Néanmoins, le principal objectif de T.O.C.O est d’éduquer les enfants à travers le sport, le football en l’occurrence, dans les Caraïbes et à travers le monde. Nous apprécierons d’autant plus si le public nous venait en aide dans cet effort en faisant des dons selon leurs moyens à l’adresse suivante et nous les en remercions : www.theyoftencryoutreach.org

VIBZ : T.O.C.O a également pour but d’attirer l’attention sur l’impact qu’a le HIV sur les communautés Caribéennes. Peux-tu nous dire via quels moyens ?

On le fait en éduquant le public, à travers la musique, des forums, à travers la distribution de préservatifs… Bref, tout ce qui peut arrêter cette maladie ou freiner sa progression.

VIBZ : Que penses-tu de la déclaration du Pape selon laquelle les préservatifs ne feraient qu’aggraver l’épidémie de HIV dans le monde ?

Le Pape dit beaucoup de choses ! Cependant, je n’accorderais pas de crédit à des déclarations sous prétexte qu’elles ont été prononcées par un Pape. Ce Pape et tous ceux qui l’ont précédé n’ont jamais accepté l’utilisation du préservatif comme moyen de lutte contre le SIDA, alors à quoi bon polémiquer…

VIBZ : Quels sont tes projets pour les mois à venir ? Une tournée Européenne ou Française sont-elles au programme ?

Nous travaillons actuellement sur un album que nous espérons sortir cette année. Je travaille également sur un recueil de poèmes appelé “Brown Lawns”, qui sortira prochainement. Enfin, un single est en préparation. Nous travaillons sur pas mal de choses en ce moment… Nous adorerons profiter du soutien de nos fans c’est pourquoi l’Europe fait partie de nos souhaits pour nos prochaines tournées. Nous espérons juste que notre travail porte ses fruits dans les mois à venir…

VIBZ : Ton dernier mot ?

Je n’ai pas vraiment de dernier mot car c’est souvent la porte ouverte à une autre conversation, une conversation qui se poursuivrait en une communication sans fin.

- CONTACT TAJ WEEKES : http://www.myspace.com/tajweekesadowa

- INTERVIEW : ANIA.M

- REPORTAGE & TRADUCTION : ANIA.M

Mercredi 11 juin 2009

Répondre à cet article




Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Réalisation : PaysageWeb - Conception graphique : Synergix